Shiatsu et médecine chinoise

On dit que
« l’âme du Shiatsu est semblable
à l’affection maternelle.
La pression des mains fait jaillir la vie ».

Les origines du shiatsu

Selon la médecine chinoise et japonaise traditionnelle, tout l’univers n’est qu’énergie ou Qi. C’est la force qui anime et maintient la vie sur terre. Cette énergie est répartie partout dans le corps mais circule de façon privilégiée le long des canaux ou méridiens.

Pour la MTC, le corps doit s’adapter sans cesse aux changements qu’il rencontre. S’il ne s’adapte pas, le Qi ne circule plus de manière fluide et c’est alors que la maladie s’installe.

La vision orientale de la médecine est avant tout holistique,  elle considère l’homme et son environnement dans sa globalité.

Pour conserver sa santé, il faut vivre en parfaite harmonie intérieure, mais aussi en accord avec la nature en respectant ces rythmes.

C’est ici que l’équilibre entre le Yin, énergie nourricière, et le Yang, énergie céleste,  entre en ligne de compte. Le Qi, cette énergie de l’univers, fluctue sans cesse entre les deux qualités opposées, chaud et froid, nuit et jour, du Yin et du Yang. Ces deux qualités opposées étant complémentaires et dépendantes l’une de l’autre.

Toute cette pratique et cette philosophie vient du Tao. Elle est née de l’observation de la nature. Sa pratique habituelle peut changer votre vie en améliorant l’équilibre de votre corps. Les taoïstes ont l’habitude de dire « la vie d’un individu ne se compte pas en nombre d’années, mais en nombre de respirations ».

Le TAO, c’et l’équilibre qui règne en toute chose.

Le praticien de cette science, grâce à ces techniques de massage va rendre au corps son équilibre naturel à l’instar de la méditation.

Quel est l’objectif du Shiatsu et quels bénéfices pour votre bien-être ?

La pratique du shiatsu se suffit à elle-même, mais elle peut s’associer à d’autres techniques orientales telles que le yoga, le tai-chi ou encore le Do In, auto-massage à pratiquer régulièrement chez soi. Elle peut même être un véritable complément des techniques de soin européennes. Avec cet art, « plus on donne, plus on s’enrichit » considérant que celui qui soigne est prêt à donner et celui qui reçoit est prêt à recevoir, créant une harmonie parfaite entre les deux.

On peut passer par elle pour toucher le psychisme d’un homme, rétablir le flux énergétique. C’est un art. Le rythme de pression des doigts n’est pas le même en fonction de ce que l’on souhaite obtenir.

La majorité des maladies provient d’un déséquilibre. Même si elle ne permet pas de soigner tous les déséquilibres, elle est efficace pour un grand nombre de pathologies. Son utilisation peut être à titre préventif comme à titre thérapeutique.

C’est un art manuel énergétique qui n’a pas besoin d’autres outils que les doigts de la main.

L’objectif du Shiatsu est donc de permettre un parfait équilibre entre les différentes énergies et d’assurer leur régulation.

Le Shiatsu est à pratiquer de manière préventive : entre deux saisons, avant et après une période de surmenage, aux premiers symptômes de maladie et après.

C’est ainsi qu’autrefois en Chine, le médecin était rémunéré tant que son client était en bonne santé.

Les effets du shiatsu se situent à deux niveaux

Au niveau physique, les pressions détendent les muscles ce qui a pour effet de favoriser l’alignement vertébral (vertèbres soit disant coincées ou déplacées) mais également de faciliter l’irrigation sanguine et la ventilation pulmonaire. Il permettra aussi d’accroitre la souplesse corporelle donc d’augmenter la mobilité articulaire.

Au niveau psychique, les bienfaits physiques ont une répercussion sur le mental. Très souvent, à la fin d’un shiatsu, le jusha (personne massée) ressent un état de bien être et de calme intérieur indéfinissable, une sorte de calme tonique, une meilleure sensation au niveau de la respiration et de la vue, une plus grande facilité d’adaptation à l’environnement. Ces effets persistent plusieurs jours.